Anonim
Image

Plans dévoilés pour piétonner Oxford Street en 2018

La partie ouest de la principale rue commerçante de Londres doit être transformée en une zone piétonne remplie d'art public, a été annoncé aujourd'hui.

Le maire de Londres, Sadiq Kahn, a annoncé son intention d'imposer des restrictions de circulation le long de la rue Oxford Street d'ici fin 2018, permettant ainsi à la rue encombrée de devenir une zone prioritaire pour les piétons.

Les visualisations montrent la zone piétonne qui s'étend d’Oxford Circus à Selfridges, avec des formes colorées peintes sur le trottoir et de l’art public suspendu au-dessus de la route.

"C'est un moment extrêmement excitant pour la capitale", a déclaré Khan dans un communiqué.

"Oxford Street est célèbre dans le monde entier avec des millions de visiteurs chaque année et, dans un peu plus d'un an, la partie emblématique de la rue à l'ouest d'Oxford Circus pourrait être transformée en un boulevard piéton piétonnier."

Image

Oxford Street est l’une des artères commerçantes les plus fréquentées d’Europe, avec environ 500 000 piétons qui la parcourent chaque jour.

À l'heure actuelle, les piétons partagent l'espace avec deux voies de circulation - ce qui signifie que les acheteurs, les touristes, les résidents et les travailleurs doivent se battre contre des flux de taxis, de pousse-pousse, de bus et de vélos.

Dans la nouvelle proposition, les bus seraient réacheminés et les stations de taxis élargies. De plus, la route serait ramenée au même niveau que le trottoir, le rendant plus accessible aux utilisateurs de fauteuils roulants.

Les cyclistes seraient tenus de descendre dans la région. Toutefois, les propositions promettent une consultation séparée sur la mise en place de nouvelles pistes cyclables sur des routes parallèles plus calmes, situées de part et d'autre d'Oxford Street, qui se tiendra à l'été 2018.

Oxford Street pourrait alors accueillir une série de places publiques bordées d’arbres et de bancs avec 25 passages pour piétons prévus. La circulation continuerait toujours de traverser la route du nord au sud à certains endroits. Une œuvre d'art public de 800 mètres pourrait être commandée pour recouvrir le nouvel espace.

La discussion sur l'opportunité de piétiner Oxford Street remonte à des années en arrière - à cause de chaussées souvent encrassées, d'une pollution atmosphérique époustouflante et de nombreux accidents de la route.

Entre janvier 2012 et septembre 2015, un piéton a été impliqué dans une collision sur Oxford Street tous les sept jours, selon le bureau de Kahn. Et en mai 2016, il y a eu un accident mortel impliquant un piéton.

Dans le passé, la rue était piétonne depuis peu de temps - généralement les week-ends jusqu'à Noël. La proposition de Kahn s'appuierait sur ces essais pour rendre la rue plus sûre et plus attrayante pour les visiteurs.

La limitation de la circulation contribuerait également à limiter la pollution atmosphérique généralisée dans les rues - qui figure souvent sur la liste mondiale des routes très polluées, en raison des niveaux excessifs de dioxyde d'azote.

Ce déménagement aiderait également à préparer la région à l’ouverture de la ligne Elizabeth, la nouvelle ligne de train Crossrail, qui devrait attirer encore plus de monde dans la région lors de son ouverture fin 2018.

Des projets sont également en cours pour augmenter la capacité des stations de métro londoniennes de Bond Street et de Tottenham Court Road, dans le cadre de ce que Transport for London (TfL) appelle un "niveau d'investissement sans précédent dans le centre de Londres".

TfL a organisé une consultation sur l'avenir d'Oxford Street en avril 2017 et a reçu plus de 12 000 réponses. Dans l'attente d'une nouvelle consultation publique - qui se termine le 17 décembre 2017 - le projet de piétonisation sera mis en œuvre en trois étapes.

La partie ouest devrait s'achever fin 2018, la partie est entre Oxford Circus et Tottenham Court Road étant libre de toute circulation d'ici décembre 2019. La dernière partie, réalisée par Marble Arch, sera ensuite remise aux piétons à partir de 2020.

Le projet devrait coûter 60 millions de livres sterling, ce que TfL espère financer avec des fonds publics et privés.